22 alternatives pour ne pas perdre son sang-froid

De nombreux parents sont conscients des effets négatifs des punitions physiques et verbales. Ils savent que les cris, les gifles, les coups et les fessées enseignent la violence, sapent l’estime de soi, créent de la colère, entravent l’apprentissage et nuisent à la relation entre le parent et l’enfant.

Savoir ce qu’il ne faut pas faire n’est que la première étape

Mais savoir ce qu’il ne faut pas faire n’est que la première étape : les parents se demandent ce qu’ils devraient faire à la place. Malheureusement, la plupart des livres et des articles actuellement disponibles sur l’éducation recommandent des alternatives qui ne sont en fait que des punitions alternatives. Il s’agit notamment des temps morts (suspension), du refus de privilèges et des “conséquences logiques”.

Toutes ces méthodes ont beaucoup en commun avec les châtiments corporels et elles transmettent toutes le même message : le parent n’a aucun intérêt à comprendre les besoins qui sous-tendent ce comportement particulier, mais profite injustement de l’enfant en étant plus âgé et en ayant plus de pouvoir. Plus important encore, ces approches font comprendre à l’enfant que la personne même qu’il aime et en qui il a confiance veut vraiment lui faire du mal. C’est un message qui crée une grande confusion chez l’enfant car il est très loin de sa façon intuitive de comprendre l’amour.

Toutes ces approches font que les meilleures occasions d’apprendre sont perdues. Ils poussent l’enfant vers des fantasmes de vengeance et de ressentiment, de sorte qu’il est trop fou pour se concentrer sur ce qui est vraiment important. Les véritables alternatives à la punition sont celles qui aident l’enfant à apprendre à grandir de manière saine. Il y a peu de joies plus grandes dans la vie que de permettre à nos enfants de nous apprendre ce qu’est l’amour !

22 alternatives qui donnent des messages positifs et affectueux

  • Prévenir les comportements non désirés en répondant aux besoins de l’enfant dès qu’ils se présentent. Lorsque ses besoins les plus pressants sont satisfaits, il est libre de passer à l’étape suivante de l’apprentissage.
  • Offrir à l’enfant un environnement sûr et convivial. Il n’est pas très logique de garder des bibelots de valeur à la portée des enfants qui font leurs premiers pas, alors qu’il suffit de les ranger jusqu’à ce que l’enfant soit assez grand pour les manipuler avec précaution.
  • Appliquez la règle d’or : pensez à la façon dont vous aimeriez être traité si vous étiez dans les mêmes circonstances que l’enfant. La nature humaine est la nature humaine, quel que soit l’âge.
  • Faites preuve d’empathie pour les sentiments de l’enfant. Même lorsque le comportement de l’enfant peut paraître illogique, les sentiments et les besoins qui le sous-tendent sont réels pour lui. Une phrase comme “tu as l’air vraiment triste” est un bon moyen de lui montrer que tu es de son côté.
  • Validez les sentiments de l’enfant afin qu’il sache que vous le comprenez et que vous vous occupez de lui, et qu’il ne sera jamais rejeté pour avoir un sentiment particulier.
  • Satisfaire les besoins qui se cachent derrière le comportement. Si nous punissons les comportements extérieurs, le besoin insatisfait continuera d’apparaître sous d’autres formes jusqu’à ce qu’il soit complètement satisfait. Des questions comme “es-tu en colère contre parce qu’on a été trop longtemps au téléphone aujourd’hui ? L’enfant peut se sentir aimé et compris en se promenant avec nous”.
  • Dans la mesure du possible, recherchez une solution où “tout le monde est gagnant” et qui réponde aux besoins de chacun. Pour acquérir des compétences efficaces en matière de résolution des conflits, envisagez de suivre un cours de communication non violente.
  • Rassurez votre enfant en lui disant qu’il est aimé et apprécié. Le soi-disant mauvais comportement est souvent la tentative de l’enfant d’exprimer son besoin d’amour et d’attention de la meilleure façon possible pour lui à ce moment-là. S’il pouvait exprimer ce besoin de manière plus mature, soyez assurés qu’il le ferait.
  • Vous détournez l’attention d’une situation qui est devenue trop stressante pour être résolue pour le moment. “Faisons une pause. Que souhaitez-vous faire à la place ?
  • Veillez à ce que vous et votre enfant consommiez des aliments nutritifs tout au long de la journée afin que votre taux de glycémie reste constant. De petits repas fréquents sont préférables.
  • Respirez ! Lorsque nous sommes stressés, nous avons besoin de plus d’oxygène, mais nous avons tendance à prendre des respirations peu profondes. Même quelques respirations profondes peuvent nous aider à nous calmer et à penser plus clairement.
  • Tout comme on ne s’attend pas à ce qu’une voiture démarre si son réservoir n’est pas plein, on ne doit pas s’attendre à ce qu’un enfant fonctionne au mieux de ses capacités si son réservoir émotionnel est presque vide. Donnez-lui les trois choses qui remplissent son réservoir émotionnel : le contact visuel, les caresses douces et l’attention exclusive.
  • La camomille est très relaxante pour les adultes et les enfants. Pris une heure avant d’aller dormir chez votre mère qui allaite, il peut aider votre bébé. Les enfants plus âgés peuvent apprécier un thé froid à la camomille ou des glaçons à base de thé à la camomille.
  • Si vous souhaitez appliquer le délai de réflexion, faites une “pause de réflexion” avec votre enfant. Un changement de décor, même s’il s’agit d’une courte pause, peut faire la différence pour le parent et l’enfant.
  • Écrivez quelques phrases sur des cartes pour vous aider à réfléchir et vous remonter le moral et collez-les partout.
  • Vous proposez de lui faire un massage. Un massage à l’heure du coucher peut l’aider à dormir plus profondément, ce qui lui donne plus de force et d’énergie pour le lendemain.
  • Donnez-lui le choix. Les enfants doivent savoir qu’ils ont leur mot à dire (qu’ils peuvent choisir). Offrir des choix, même s’ils vous semblent de peu de valeur (voulez-vous la tasse rouge ou la tasse bleue ?), aidera votre enfant qui peut avoir une certaine forme de contrôle sur sa vie, surtout s’il a été confronté à des changements récents.
  • Essayez de chuchoter. Lorsque la tension est élevée, les chuchotements peuvent aider à attirer l’attention de l’enfant et en même temps à calmer le parent.
  • Donnez-lui du temps. Une phrase comme “dis-moi quand tu es prêt à prêter le jouet, monter dans la voiture ou mettre ta veste”, lui donnera un sentiment d’autonomie et le rendra plus disposé à coopérer.
  • Donnez-vous du temps. Comptez tranquillement jusqu’à dix. Parfois, nous avons juste besoin d’un peu de temps pour penser plus clairement et voir les choses plus objectivement.
  • N’oubliez pas que les enfants créent des images à partir de nos mots : “ralentissez !” est beaucoup plus efficace que “arrêtez de courir ! La première phrase crée une image de ralentissement, tandis que la seconde crée une image de quelqu’un qui court (le mot “pas” est trop abstrait pour surmonter l’image plus concrète et urgente de la course). De même, une demande spécifique est plus efficace qu’une demande générique : “veuillez poser le verre” au lieu de “faites plus attention !”
  • Demandez-vous : “avec le recul, est-ce qu’on peut en rire plus tard ?” Créez le genre de souvenir que vous aimeriez avoir en vous remémorant cette journée.

De cette manière, nous pouvons parvenir à la coopération sincère dont nous avons besoin pour le moment. Mais notre plus grande récompense sera un lien mutuel d’amour et de confiance qui durera toute la vie.

Comment garder son sang-froid avec les enfants?

Comme beaucoup de parents, vous n’êtes pas à l’abri de perdre votre calme quand votre enfant fait des siennes. Mais que votre bambin vous rende la vie impossible, ou que vous soyez tout simplement dépassée par les événements, voici quelques trucs qui pourraient vous aider à gérer ce genre de situation.

Les règles de base

Respirez

D’abord, et quel que soit l’âge de votre enfant, il est primordial que vous appreniez à contenir votre colère pour ne pas poser d’actions que vous pourriez regretter. Plus facile à dire qu’à faire? Déjà, respirez profondément! Et pourquoi ne pas compter jusqu’à 10, les yeux fermés, ou jusqu’à 20 si vous vous sentez au bord de la crise de nerfs?

Évitez de hurler

Aussi, faites votre possible pour éviter d’élever la voix. Si cela peut soulager et faire sortir le méchant en vous, n’oubliez pas que votre jeune enfant ne comprendra pas forcément la portée d’une telle attitude, ou que cela pourrait même envenimer les choses avec les plus vieux.

Isolez-vous

Si la crise peine à passer, et si vous êtes en mesure de mettre votre enfant en sécurité, la meilleure chose à faire est de vous isoler. Selon son âge, expliquez-lui le plus calmement possible ce que vous ressentez et pourquoi vous souhaitez vous éloigner pendant un moment.

Prenez du temps pour comprendre

Ensuite, si vous avez été capable d’appliquer ses règles de base, essayez d’aller plus loin en tentant d’analyser et de relativiser la situation. Votre colère est-elle justifiée? Que pouvez-vous faire dans l’immédiat pour améliorer la situation? Avez-vous besoin de l’aide de vos proches ou encore d’une ressource extérieure ?

Établissez donc dès maintenant une liste de personnes en qui vous avez confiance et à qui vous oserez demander un coup de main pour vous soulager dans l’immédiat, ou de façon plus occasionnelle.

Les bonnes habitudes s’apprennent en jouant
Les phrases à éviter de dire à votre enfant