Les bonnes habitudes s’apprennent en jouant

Enseigner les bonnes habitudes aux enfants est l’une des principales pensées d’un parent, mais ce n’est pas toujours une tâche facile. Les bonnes habitudes en fait, à première vue, semblent quelque chose d’ennuyeux, qui demande des efforts et des sacrifices. Cette impression ne représente pas la réalité, mais est plutôt le résultat de notre approche du sujet, qui met tout sur les devoirs et les interdictions. Les bonnes habitudes peuvent au contraire être très amusantes. 

Lors d’un atelier, les enfants, qui sont arrivés avec l’école, ont été accueillis par des experts qui, entre jeux et spectacles amusants, ont expliqué aux enfants quelles sont les règles d’une vie saine et heureuse. Les enfants étaient enthousiastes, participatifs et pleins de désir d’apprendre ! Les regarder a donné envie de les rejoindre. Une chose qu’on a vraiment appréciée est le fait qu’en plus d’une alimentation saine et d’un mode de vie actif, une grande importance a été accordée aux sentiments et à la pensée positive.

Par le biais de jeux très amusants, les enfants ont pu découvrir comment leur attitude personnelle et leur façon d’interagir avec les autres influencent tous les aspects de notre vie. L’un des jeux qu’on leur a fait consistait à assembler le plat idéal, en disposant les protéines, les glucides, les fruits et les légumes dans les espaces appropriés. Un jeu qui peut également être joué à la maison, peut-être sous forme de dessins ou à l’aide de coupures de journaux ou flyers.

Il y a quelque temps, on a créé un simple fichier à imprimer avec le dessin d’une plaque divisée en compartiments qui pourrait être utilisée à cette fin ! L’un des thèmes principaux était évidemment la nutrition. Mais avant d’expliquer ce qu’il faut manger, les enfants doivent apprendre à connaître et à reconnaître les matières premières. Alors vous savez comment sont les enfants, quand ils se sentent “experts” dans quelque chose, ils veulent aussi le voir et le mettre en pratique. Et là, on a vu des enfants qui savaient reconnaître des légumineuses et des épices dont on ne connaissait même pas l’existence !

Mais comment cela est-il possible ?

On a ensuite découvert que les groupes d’enfants invités pendant les différentes journées n’étaient pas des groupes scolaires aléatoires, mais faisaient partie de classes qui ont rejoint un projet de Despar Nord-Est visant à apporter de bonnes habitudes dans les écoles. En pratique, les écoles qui en font la demande reçoivent des kits gratuits, un pour chaque classe qui veut l’utiliser. Chaque kit contient tout ce dont vous avez besoin, tant pour les enseignants que pour les enfants. Il y a des affiches pour créer des posters à accrocher dans la classe, le guide de l’enseignant, des cartes et des cahiers avec des activités (un pour chaque enfant) et des récipients avec des échantillons de nourriture en rapport avec le thème de ce kit.

Le thème, le guide et les activités sont également conçus pour s’inscrire dans le programme ministériel. Au total, il existe 3 kits différents, conçus pour différentes années scolaires. Le premier, dédié aux enfants de première et deuxième années, est un parcours sensoriel avec “les épices” au centre. Les enfants apprendront à les reconnaître, à comprendre comment un même aliment change complètement de goût simplement en utilisant une épice plutôt qu’une autre et bien d’autres choses encore.

Les activités sont axées sur l’expérimentation sensorielle. Le second est destiné aux enfants de troisième et quatrième année et a pour thème “les céréales”. Dans ce cas également, nous commençons par les connaître et les reconnaître, puis nous les utilisons comme point de départ pour parler de la pyramide alimentaire, qui est l’un des sujets abordés à l’école dans ces années-là.

La troisième, destinée aux enfants de quatrième et cinquième année, a pour thème principal les “légumineuses” et dans ce cas, toujours après avoir appris à les reconnaître, elles seront le prétexte pour parler de la cellule. Dans ce kit, étant le dernier, il y a aussi un petit cadeau pour chaque enfant : le livre de recettes familiales ! Sur lequel vous pouvez écrire vos recettes personnelles, élaborées en fonction de ce que vous avez appris au fil des ans.

On a été vraiment fasciné par l’exhaustivité et le souci du détail de ces kits. Les cahiers d’activités ne sont pas simplement écrits mais sont structurés de façon très originale. Certaines pages ont des autocollants, d’autres ont des parties prédécoupées à décoller et même certaines, en les grattant à certains endroits, dégagent une odeur particulière ! Ensuite, ce sera la “déformation professionnelle”, mais un détail qu’on n’a pas pu s’empêcher de remarquer est ceux qui animent chaque page, transmettant joie et positivité.

Les dernières pages de chaque carnet sont consacrées à la consolidation des bonnes habitudes

En fait, toujours par le biais d’un petit jeu, les enfants sont invités à choisir une bonne habitude et à la conserver pendant 21 jours consécutifs, afin qu’elle devienne automatique. C’est une grande aide pour les écoles et les enseignants qui, à partir de ces thèmes, peuvent ensuite développer leurs parcours et leurs activités personnelles également en fonction de leur propre sujet. Le professeur d’anglais, par exemple, avait traduit quelques cartes et les avait proposées en anglais, le professeur d’italien avait créé des exercices à partir des noms des épices, la carte du monde ainsi que pour montrer l’origine des aliments peut être utilisée pour de nombreuses activités allant de la géographie aux discours sur l’intégration et ainsi de suite.

Outre le matériel physique, vous pouvez également demander à rencontrer des experts qui viennent directement dans la classe pour parler aux enfants. Le nombre de rencontres recommandé est de 6, mais on peut en demander encore moins. Ce qui se passe alors, c’est que l’on en demande plus parce que les enfants, de plus en plus curieux, commencent à poser des questions de plus en plus approfondies et difficiles auxquelles même le professeur ne peut répondre.

Tout cela a l’air génial et ce qui est génial, c’est que tout est complètement gratuit ! Il suffit de le demander.

Tout d’abord, il est important de préciser que « de la vie » et « les bonnes habitudes », sont deux projets de Despar Nord-Est qui parlent d’alimentation consciente, mais ils visent des cibles différentes, avec des outils et des méthodes différents. Le projet « de la vie » s’adresse à un public adulte, distribué gratuitement aux caisses de tous nos magasins. Ces deux instruments encouragent l’adoption d’un mode de vie plus sain, plus conscient et plus durable, grâce à des recettes, des études approfondies sur les thèmes du mouvement physique et de l’autonomisation.

« Les bonnes habitudes », d’autre part, est un projet d’éducation alimentaire dédié aux écoles, qui se développe à travers des rencontres pédagogiques avec les enseignants et les élèves, ateliers créatifs, pièces de théâtre. Si tous deux expriment la grande attention que porte Despar à l’alimentation et à la nutrition, les deux projets s’interpénètrent mais ne sont pas assimilables et dépendent l’un de l’autre, de sorte que les groupes de travail qui les coordonnent sont différents.

Le kit est l’un des outils qui sont fournis aux classes participant au projet (un par classe) et n’est pas disponible pour les particuliers, pour des raisons évidentes de coût. La “procédure” nécessite donc qu’un ou plusieurs enseignants (ou éventuellement un groupe de parents), représentant leur école, nous contactent par les canaux officiels ou la page officielle de Facebook) pour demander à rejoindre le projet pour l’année scolaire en cours ou la suivante. L’adhésion est confirmée sur la base de critères de faisabilité et de budget

Les phrases à éviter de dire à votre enfant
22 alternatives pour ne pas perdre son sang-froid