Les pertes de grossesse : ce qu’elles sont et quand s’en inquiéter

Les pertes pendant la grossesse : de quoi s’agit-il et quand faut-il s’en inquiéter ? Les pertes pendant la grossesse sont une éventualité à prendre en compte, mais elles ne doivent pas trop inquiéter dans la plupart des cas. En effet, elles font partie des troubles de la grossesse les plus courants, particulièrement fréquents au début de la grossesse, au cours du premier mois et du premier trimestre. Cette gêne est liée à de nombreux facteurs, tels que les facteurs hormonaux. Mais que sont les pertes de grossesse, comment se manifestent-elles et quand faut-il s’en inquiéter ?

Pertes de grossesse précoce

Une prémisse est obligatoire : certaines pertes pendant la gestation doivent être considérées comme absolument normales et physiologiques ; d’autres, en revanche, peuvent être le symptôme de complications graves, telles qu’une fausse-couche, une menace d’avortement ou une grossesse extra-utérine ; dans tous les cas, il vaut mieux toujours consulter son gynécologue en cas de doute ou d’anomalie. Les pertes, qu’elles soient brunes, jaunâtres ou aqueuses, peuvent cependant survenir dès les premières semaines ou les premiers mois de la grossesse.

Pertes de grossesse au cours du premier trimestre

Quand les pertes de brun se produisent-elles et combien de temps durent-elles pendant la grossesse ? Lorsqu’il s’agit de pertes pendant la grossesse, la première distinction à faire est celle entre les pertes blanches et les pertes de sang, c’est-à-dire les pertes de sang. S’il est vrai que les pertes vaginales sont un phénomène habituel et non préoccupant, surtout au cours du premier trimestre, il est important d’en préciser la nature. La perte de sang, de couleur plus brune que rougeâtre, est une éventualité qui ne doit pas alarmer pendant le premier mois de la grossesse. Appelées aussi “pertes d’implantation”, elles sont une sorte de cycle menstruel qui se produit après la conception, lorsque l’embryon est implanté dans l’utérus. Ces pertes se produisent donc dans les premières semaines suivant la conception.

Pertes de cheveux pendant la grossesse : quand s’inquiéter ?

Les pertes de cheveux bruns pendant la grossesse ne devraient donc pas inquiéter. Tant qu’ils sont légers et sporadiques. Si, en revanche, elles sont abondantes et fréquentes, il vaut mieux consulter le gynécologue. D’autant plus si elles sont accompagnées d’autres symptômes, comme des crampes abdominales. Dans ces cas, il pourrait également s’agir d’une fausse couche.

Pertes de grossesse

Qu’en est-il des pertes de grossesse ? Les pertes blanches, claires, presque transparentes, peu denses et filamenteuses sont les plus inoffensives, partie intégrante de l’équilibre de l’appareil génital qui, pendant les premiers mois de la grossesse, en raison de l’augmentation du niveau d’œstrogènes, peut être plus abondant. En effet, les hormones produites pendant la grossesse poussent le canal cervical à augmenter la production de mucus, une substance qui a pour tâche de piéger les germes venant de l’extérieur, les empêchant de monter dans l’utérus et, donc, d’atteindre le fœtus, le mettant ainsi en danger. C’est le mucus qui peut causer d’abondantes pertes blanchâtres. Même dans ce cas, il n’y a donc pas lieu de s’inquiéter.

Pertes de grossesse jaunâtres

Si les fuites prennent une coloration anormale, de jaunâtre à vert, et qu’elles sont malodorantes, elles peuvent être le symptôme d’une infection en cours. Les changements hormonaux typiques de la grossesse rendent l’environnement du vagin plus acide et, par conséquent, plus propice à la prolifération de nombreux microorganismes, tels que les champignons, les bactéries et les virus, responsables d’infections. Candida albicans est l’une des infections les plus fréquentes. Il s’agit d’une infection vaginale causée par des champignons qui prolifèrent sans discernement dans l’environnement vaginal. Le symptôme le plus important de cette infection est sa perte de couleur blanchâtre. Ces fuites, qui ont souvent une consistance épaisse et collante, peuvent aussi être plus liquides et aqueuses.

Les pertes de grossesse en rose

Les pertes de grossesse roses et rouges, même dans les premières semaines, peuvent être plus inquiétantes. La possibilité la plus inquiétante survient lorsque les fuites prennent une couleur rouge vif et s’accompagnent d’autres symptômes anormaux, comme des douleurs pelviennes et abdominales. Dans ce cas, elles peuvent être causées par une ou plusieurs complications et vous devez consulter votre médecin rapidement pour éviter les risques. De plus, il pourrait s’agir d’une fausse couche. Dans ces cas, il est donc conseillé de consulter immédiatement le gynécologue, en lui signalant tous les symptômes et le moment de la consultation. Toutefois, en cas de douleurs pelviennes intenses et de crampes abdominales intenses et imminentes, vous pouvez également vous rendre immédiatement aux urgences.

Le rôle du père pendant la grossesse
Quelles sont les thérapies musicales et autres techniques bénéfiques pour le fœtus ?